Administration pénitentiaire et Protection judiciaire de la jeunesse

On savait déjà que la gestion du personnel était différente d'une direction à une autre au Ministère de la Justice. C'est d'ailleurs pour cela que la CFDT revendique depuis longtemps une seule direction du personnel pour l'ensemble du personnel du ministère.

Le déroulement des CAP des corps communs (adjoint technique, adjoint administratif et secrétaire administratif) a confirmé notre appréciation en démontrant clairement que nous ne sommes pas tous traités avec équité suivant sa direction d'origine même lorsque l'on est issu d'un corps commun.

Mutation

Il en va ainsi pour les mutations : toutes les directions imposent un critère d'ancienneté sur le poste pour obtenir une mutation, sans l'afficher ouvertement puisqu'un tel critère est illégal.
La CFDT a obtenu, il y a quelques années déjà, une décision du Conseil d'Etat condamnant le critère d'ancienneté. Le Ministère de la Justice, comme à son habitude, n'en tient pas compte. Où irait-on s'il fallait respecter les décisions de justice !?

Et c'est ainsi que l'administration préfère ne pas pourvoir un poste vacant plutôt que de le donner à un candidat n'ayant pas au moins 12 à 18 mois d'ancienneté en moyenne.
Toutefois, on a pu constater lors de ces CAP que, pour quelques agents dont la situation est particulièrement difficile, cette règle non écrite a été écartée par l'Administration pénitentiaire et par la Protection judiciaire de la jeunesse, ces deux directions permettant ainsi la réalisation de mutations. Alors que les Services judiciaires n'ont rien voulu savoir préférant une gestion administrative et comptable au bien-être de ses personnels.

Notation

Autre exemple : les recours en notation. Alors que l'Administration pénitentiaire et la Protection judiciaire de la jeunesse suivent les avis donnés par la CAP (lorsque cet avis est favorable à l'agent), aux Services judiciaires, les chefs de juridictions, voire les chefs de cour, n'ont bien souvent que faire de cet avis. Non mais, qui c'est le chef ?

Corps commun mais gestion différente !

Ainsi la création des corps communs a permis d'afficher ouvertement les inégalités au sein de notre ministère, l'Administration pénitentiaire et la Protection judiciaire de la jeunesse ayant une approche beaucoup plus sociale de la gestion du personnel. Mais ceci n'est pas une surprise, les Services judiciaires et l'ensemble de leur haute hiérarchie ayant encore une conception beaucoup trop monarchique de la gestion du personnel.