Maintenir la pression pour obtenir des résultats

Appel à la manifestation le 13 juin 2009.

L'ampleur des manifestations des 29 janvier, 19 mars et 1er mai ont permis d'obtenir des débuts de résultats, même si ceux-ci sont très insuffisants.

La crise s'aggrave

Pourtant le gouvernement et le patronat ne veulent pas engager de négociations. Pire, ils refusent de mettre le social au centre de leur politique démontrant ainsi le peu de cas qu'ils font de la situation actuelle.

Vos problèmes ne les intéressent pas !

C'est pourquoi les organisations syndicales, conscientes du malaise social mais aussi de la crispation au sein des entreprises et des services, demandent au Gouvernement de :

  • renoncer dans la fonction publique aux suppressions d'emplois prévues pour 2009 et 2010 et s'engager à résorber la précarité ;
  • supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires et le bouclier fiscal ;
  • prolonger l'indemnisation des demandeurs d'emploi en fin de droits ;
  • répondre à une situation d'urgence par des garanties collectives pour les non titulaires ;
  • renoncer à l'extension du travail le dimanche ;
  • garantir à l'hôpital public les moyens de ses missions.

Le patronat doit assumer ses responsabilités et engager des négociations sur :

  • un accès facilité pour tous au chômage partiel, l'amélioration de la durée et du niveau de son indemnisation ;
  • la répartition et la redistribution des richesses produites par l'entreprise ;
  • l'amélioration des salaires et la réduction des inégalités ;
  • le respect et l'amélioration des droits syndicaux et des institutions représentatives du personnel.

Parce que la crise actuelle n'est pas une fatalité mais la conséquence directe du choix d'une société toujours plus libérale et donc plus injuste,

Parce que donner de votre temps, c'est aussi être solidaire de ceux qui perdent ou risquent de perdre leur emploi :

adhérents, sympathisants : venez nombreux aux manifestations du 13 juin 2009.